ANNE DELEPORTE - Anatomies sommaires

Exposition de mai à août 2009

RENCONTRE AVEC ANNE DELEPORTE

- Comment avez-vous connu l'univers de Deyrolle ?
AD : Après l'incendie de Deyrolle en février 2008, le conservateur du Musée de la Chasse et de la Nature, Claude d'Anthenaise, m'a présenté Françoise et Louis Albert de Broglie. Ils rencontraient alors plusieurs artistes pour organiser la vente aux enchères « Nature fragile ». Je connaissais déjà la maison, où j'étais venue enfant, et savais que Dali y avait vu un homard blanc.

- Pourquoi avoir recouvert de bleu certaines parties des planches pédagogiques ?
AD : J'ai commencé à utiliser ce bleu en 2001, pour une fresque au FRAC Corse. Ce bleu, c'est de la lumière au-delà de la couleur. Dans une pièce blanche, il y a toujours un moment de la journée où le blanc prend cette tonalité d'ombre bleutée. Tout mon travail est basé sur l'apparition et la disparition des images ; ici en recouvrant de bleu certains éléments, on isole les autres, qui « sautent » de la surface.

- Vous avez aussi peint en bleu les éclatés de langouste brûlés lors de l'incendie...
AD : Ce bleu céleste, de l'anti-noir, inonde l'intérieur de la carapace et propulse l'animal anéanti par la suie dans un nouvel espace, il "rend à la lumière ce qui avait basculé dans le domaine de l'ombre", comme l'a écrit Claude d'Anthenaise.

- Ce travail sur la couleur redonne la vie ?
AD : Il propose une autre histoire. C'est le contraire d'un collage : il s'agit d'effacer pour mieux révéler. Les images deviennent rébus, que chacun decripte selon sa propre mémoire.

L450xH349 jpg Deleporte planche 2-86040 images

 

Après des études de sculpture, Anne Deleporte a exposé ses photos et vidéos en galeries (récemment « On Stellar Rays » NYC) et dans des musées (New Museum, Hayward Galery MAMCO, Centre Pompidou, Paço Imperial, Shanghai Fine Art Museum etc...).