GREGOR TÖRZS - A la croisée des mondes

Exposition de Gregor Törzs du 4 mai au 4 juin 2016

GREGOR TÖRZS ET DEYROLLE : DES CHEMINS CROISÉS
Pour cette exposition, Gregor Törzs s’installe dans l’espace du 46 rue du Bac qu’il connaît déjà à la perfection, et c’est tout naturellement que ses photos y trouvent leur place. On croirait presque qu’elles font partie des murs.
Les cristaux de Gregor Törzs nous rappellent les plaques microscopiques que Deyrolle fabriquait autrefois pour les élèves de biologie, et qui révélaient des cellules aux formes aussi géométriques qu’improbables.
Les insectes – issus des collections de la maison ! – dont on découvre les plus petits détails, les antennes délicates et le doux duvet, évoquent bien sûr les milliers de merveilles à redécouvrir à l’infini dans le célèbre département d’entomologie deyrollien.
Quant à ses images sous-marines, elles sont une immersion dans le temps où naît la lumière, des invitations au voyage et à la découverte d’une nature ainsi immortalisée – à l’image, finalement, de celle que l’on retrouve chez Deyrolle, ce temple historique de l’observation de la nature.

L’EXPOSITION À LA CROISÉE DES MONDES
Cette exposition de Gregor Törzs révèle la diversité de son oeuvre, la précision de son regard et la force de ses techniques de tirages.
Le travail du photographe sur les cristaux de sel évoque le monde de la minéralogie. Il nous rappelle combien la nature est structurée et ses compositions de cristaux hypnotisantes, émerveillantes et subjugantes.
Ses macrophotographies d’insectes nous dévoilent les beautés de l’entomologie où les insectes déploient leur anatomie comme on révèle des oeuvres d’art. C’est le travail de Gregor Törzs sur la lumière qui lui permet de mettre en relief la transparence des matières et donne vie aux détails.
Sa série de photographies sous-marines, pour laquelle il est allé jusqu’à fabriquer lui-même son appareil-photo, nous transporte dans un univers où l’irréel semble faire irruption dans le réel. Ses clairs-obscurs et les jeux de lumière qu’il parvient à capturer jettent des soupçons de magie sur ces espaces aquatiques d’une rare sérénité.
Ainsi, ce sont trois mondes distincts que l’artiste parvient à capturer et à nous révéler dans cette exposition. Ces images, bien sûr, nous transportent et nous font voyager, mais leur délicatesse nous rappelle aussi combien le vivant est fragile et subtil, produit de la lente évolution, et, surtout, combien il est important d’ouvrir des yeux émerveillés sur le monde. Sur les mondes.

BIOGRAPHIE DE L’ARTISTE ET TECHNIQUE PHOTOGRAPHIQUE
Né à Hambourg en 1970, Gregor Törzs passe 16 ans à Los Angeles, où il étudie et travaille dans l'industrie cinématographique. D'abord attiré par les effets spéciaux, il devient ensuite directeur de la photographie. De retour en Allemagne, son pays natal, il se concentre sur la photographie et devient expert en techniques de tirage, notamment le tirage au platine. Dans sa démarche de photographe, Gregor Törzs attache une grande importance à la lumière naturelle et à la durée d’exposition de ses photographies. C’est aussi ce travail qui rend ses images si particulières et qui leur donne leur caractère « surnaturel ».
Ses premières séries, Boy on Safari puis Ciel Lourd, font l'objet de différentes expositions monographiques, notamment à la Galerie Persiehl und Heine (Hambourg) et à l'APAD (New York). Pour réaliser Ciel Lourd, série constituée de photographies sous-marines, Gregor Törzs fabrique une structure pour son vieil appareil photo préféré pour le rendre étanche. Les centaines d’heures qu’il passe alors sous l’eau lui permettent de capter des moments sous-marins uniques. En 2014, il crée et fabrique le premier appareil photographique sous-marin au monde à posséder un négatif de très grand format (24x36 cm). C’est avec cet appareil qu’il réalise la série Ultramarine. L’artiste s'est également intéressé à la macrophotographie, photographiant notamment des insectes et des papillons (série Microtype n°1). C'est avec cette série, réalisée en 2010, qu'il effectue ses premiers tirages au platine, sur des papiers japonais faits main (tel que le razor thin gampi paper, d’une finesse extrême). Peu de laboratoires dans le monde maîtrisent aujourd'hui cette technique.
Enfin, la série Bliss, aux formes psychédéliques, est imprimée directement depuis des plaques de verre traitées avec des solutions de sel complexes. Les résultats sont des représentations extrêmement fines et fragiles de formations abstraites de cristaux créés naturellement.

 

Tags: Exposition

Boutique en ligne

boutique