De plus en plus de passionnés de Nature se lancent aujourd’hui dans la réalisation d’un herbier, qui requiert à la fois un penchant pour la botanique et un réel sens artistique. Cette activité de plein air est un vrai plaisir à partager avec les enfants dès leur plus jeune âge, afin de les initier au respect et à la connaissance du monde végétal.

Protéger pour mieux connaître

La confection d’un herbier commence inévitablement par le prélèvement de la plante récoltée, donc par sa destruction partielle ou totale. Il convient donc d’être prudent, attentif et attentionné lors des cueillettes. Toutes les espèces protégées doivent évidemment être exclues, ainsi que les plantes rares d’une région et celles d’une réserve naturelle ou d’un parc national. Les objectifs de l’amateur n’étant pas ceux d’un scientifique, il est conseillé de ne pas extraire les souches et les racines, dans un souci de respect de la Nature.

La récolte

Elle se fait de préférence par temps sec afin de faciliter le séchage. Après avoir coupé la plante, encore une fois sans l’arracher, la disposer dans la boîte à herboriser métallique, dans laquelle elle ne sera pas écrasée en attendant d’être mise correctement sous presse. Cette boite légère, munie d’une sangle réglable, peut-être emportée dans toutes les randonnées. L’ identification de la plante doit se faire avant la mise sous presse, alors qu’elle est encore fraîche, toutes ses caractéristiques sont ainsi plus faciles à identifier pour une classification exacte.

Le séchage

La méthode classique, s’appliquant à la majorité des plantes, consiste à les mettre sous presse entre plusieurs feuilles de papier journal. Avant de les enfermer entre deux épaisseurs de papier, prendre soin de bien les disposer en positionnant au mieux les feuilles et la corolle en s’aidant au besoin d’un petit stylet.

Mise en planche et conservation

Après deux à trois semaines de séchage les plantes sont soigneusement disposées au centre de grandes feuilles de papier pliées en deux, spécifiques aux herbiers. On aura soin de les y maintenir avec un fin ruban de papier cristal préalablement enduit de colle blanche. Sur une étiquette placée à côté de chaque échantillon on pourra écrire, une fois identifiés, le nom commun et scientifique, la famille botanique, la date et le lieu de la récolte. Les feuilles sont enfin rassemblées et conservées dans un classeur type carton à dessin.

Quelques herbiers de référence

Muséum National d’Histoire Naturelle : 57, rue Cuvier 75005 Paris. - Institut de botanique de Montpellier : 167, rue Auguste Broussonnet 34000 Montpellier.
- Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble : 1, rue Dolomieu 38000 Grenoble.

A lire

A voir : Le site de La Garance Voyageuse, une association qui a pour but de faire connaître, d’étudier et de protéger le monde végétal et qui publie une revue de vulgarisation botanique.

Le matériel à herboriser

Pour se lancer dans un herbier, il est conseillé de se procurer du matériel spécialisé tels que :
- une boîte à herboriser
- une presse à herbier
- des feuilles à herbier
- des étiquettes à herbier
- un classeur à herbier

Acheter du matériel à herboriser en ligne


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LE MAGAZINE  Suivre la vie du site PASSION BOTANIQUE   ?

site realise par serafi avec spip 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License