DIMORPHISME SEXUEL

Le sens de la parité chez les Eclectus

Alors que les être humains débattent et légifèrent sur l’égalité entre les hommes et les femmes, les animaux assument clairement leurs différences et jouent sans complexe la carte de la complémentarité. De couleurs radicalement opposées, les Eclectus en sont un exemple frappant et coloré.

EclectusLe règne animal fait clairement la distinction entre les mâles et les femelles et nombreuses sont les espèces dont les différences morphologiques diffèrent selon le sexe. Mais aucune règle ne vient dicter ces dissemblances, qui peuvent aller jusqu’à l’extrême. On croit les mâles plus grands et plus forts ? Chez les insectes, ce sont souvent les femelles qui sont plus grandes pour mieux porter les œufs… On imagine le rôle de prédateur réservé au pater familias de la meute ? Demandez à la lionne ce qu’elle en pense ! On croit la Nature incapable de faire preuve d’une discrimination notoire envers les mâles ? C’est oublier que chez certaines espèces de poissons, le mâle est réduit à ses gonades, privé de tube digestif et ne survit même pas à l’état larvaire…

Chez les oiseaux, le mâle se distingue en général facilement de sa compagne. Madame est souvent dotée d’une tenue de camouflage discrète quand Monsieur pavane, toutes plumes dehors… Si scientifiques et ornithologues discutent des raisons du phénomène, un couple d’oiseaux nous enchante par son dimorphisme sexuel extrême et assumé : les eclectus (Eclectus roratus polychloros pour les scientifiques).

Ces bavards perroquets aux couleurs vives, originaires d’Australie, de Nouvelle Guinée et des Iles Salomon, sont réputés pour leurs différences surprenantes : Elle est rouge alors qu’il est vert, elle a un bec jaune alors que le sien est noir, ses reflets à elle sont mauves, alors que les siens sont bleu et orangés… Trop de différences pour une même espèce ? C’est ce qu’ont cru les premiers explorateurs qui les ont découverts, lorsqu’ils ont commencé par répertorier deux espèces… Aujourd’hui, ces oiseaux, très prisés comme animaux de compagnie, incarnent le dimorphisme sexuel poussé à l’extrême... et nous donnent une belle leçon de complémentarité !


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LE MAGAZINE  Suivre la vie du site LE BLOC-NOTES DU NATURALISTE  Suivre la vie du site LE MONDE DES OISEAUX   ?

site realise par serafi avec spip 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License